«

»

mai 27

Les maisons en bois

Le bois est devenu (ou redevenu) l’un des matériaux incontournables dans le bâti d’aujourd’hui et notamment dans la maison individuelle et séduit de plus en plus pour des raisons diverses et variées. Il séduit prescripteurs et maîtres d’ouvrage autant par sa diversité architecturale (traditionnelle ou contemporaine), que par sa légèreté et sa rapidité de mise en œuvre. En plus de ses qualités environnementales, ce matériau possède d’autres qualités intéressantes : thermique, confort, modularité…

Ce principe constructif se montre également adaptable et performant tant pour des bâtiments individuels que pour des bâtiments collectifs : équipements sportifs, bâtiments industriels, logements collectifs privés ou publics, hangars agricoles.

Cinq fois plus légère qu’une construction maçonnée, la maison à ossature bois nécessite moins de fondations et peut se construire sur des terrains peu porteurs.

 

Le but de cet article n’est pas de faire l’apologie du bois au détriment des autres systèmes constructifs mais d’apporter une réflexion objective et pertinente sur les différentes techniques de construction en bois.

 

1 – Construction en bois massif :

 

C’est la technique la plus traditionnelle, celle du chalet montagnard que l’on connait. Aujourd’hui, leur construction reste encore anecdotique et confiné géographiquement.

D’épaisses pièces de bois de section ronde (rondins) ou carrée (madriers rainurés industrialisés) sont empilées horizontalement. Elles s’emboîtent avec précision, empêchant l’infiltration des eaux de pluie. Les essences les plus utilisées sont l’épicéa, le sapin, le douglas, le mélèze, le pin sylvestre, le pin maritime…

maison-rondins-bois-2
maison-rondins-bois-1 maison-bois-madriers-2 maison-bois-madriers-1

Les façades présentent généralement peu d’ouvertures et des assemblages visibles. Compte tenu des sections de bois utilisées et de leur assemblage, cette technique permet de s’affranchir habituellement d’une isolation supplémentaire. Les finitions intérieures sont souvent laissées en bois naturel.

 

 

 

Pour obtenir de meilleures performances thermiques et dans un souci d’économie, certains fabricants proposent des madriers sandwich incluant un isolant thermique (polystyrène).

Une technique similaire consiste à utiliser des madriers de faible épaisseur assemblés les uns sur les autres en ménageant un espace intérieur rempli d’un isolant en vrac.

maison-bois-madrier-sandwich maison-bois-double-madriers-2

Avantages

  • Parois porteuses
  • Simplicité et rapidité de mise en œuvre
  • Isolation naturelle

 

2 – Construction type poteau-poutre :

 

Cette technique consiste à créer une structure en portique composée d’éléments porteurs verticaux (poteaux) et de porteurs horizontaux (poutres) en bois massif ou en  lamellé collé. Cette ossature, résistante et stable permet de reprendre les différents planchers et les fermes supportant la toiture. Les poteaux, de section conséquente, peuvent être espacés de 2,5 à 5 mètres, ce qui permet une grande liberté architecturale. Cette méthode peut ensuite recevoir une grande variété de remplissages ou de larges baies vitrées. maison-bois-poteau-poutre-1

 

Avantages Inconvénient

  • Esthétique : la structure porteuse reste entièrement apparente et constitue un élément de décoration.
  • Espace intérieur : les portiques libèrent l’espace et autorisent de larges volumes.
  • Liberté architecturale : Les murs formés par le remplissage des espaces vides s’harmonisent à tous les styles de conception : grandes baies vitrée, murs maçonnés de briques ou de béton cellulaire, madriers empilés…

  • Prix : Solution assez onéreuse (en raison des  sections de bois utilisées : environ 2000 € du m²).

 

3 – Construction à ossature bois :

Cette technique de construction est la plus répandue en France et dans le monde. Elle se caractérise par une ossature tramée, régulière de pièces de bois de petites sections, faiblement espacées de 40 à 60 cm.

Cette ossature est rigidifiée par des panneaux (de particules, de contreplaqué ou d’OSB) et permet de supporter les planchers et la toiture. L’isolant thermique vient s’insérer entre les panneaux qui recevront ensuite un parement intérieur et extérieur.

 

ossature-bois-4

  1. Lambris, dimensions 35 * 135 mm ;
  2. Polystyrène – 30 mm ;
  3. Panneaux OSB – 14 mm ;
  4. Visqueen (feuille de polyéthylène servant de Pare-vapeur)
  5. Structure en ossature bois avec isolant thermique (laine de roche) dimensions 50 *150 mm ;
  6. Visqueen ;
  7. Espace pour les installations – 30 mm ;
  8. Panneaux Intérieurs (Plaque de plâtre) – 20 mm.

 

Cette méthode permet de pré-fabriquer des panneaux plus ou moins élaborés en atelier, ce qui permet une grande souplesse de préparation et de réalisation dans des conditions idéales (aléas climatiques). Ces panneaux peuvent être livrés en éléments manuportables ou entièrement équipés, fenêtres et parements compris. Le montage, sur place, apporte un gain de productivité en réduisant les frais de main-d’œuvre et de matériel. ossature-bois-6

 

Avantages

  • Rapidité : une semaine suffit pour mettre une maison hors d’eau- hors d’air.
  • Souplesse et évolutivité : les murs-panneaux peuvent recevoir des parements différents (brique, pierre, béton…). On peut modifier aisément l’espace, percer des ouvertures supplémentaires ou réaliser des extensions sans surcharger la structure existante.
  • Légèreté : intéressante sur les terrains de faible portance, ou dans des zones mal stabilisées.
  • Expression architecturale tant dans les formes que dans l’aspect.
  • Gain de surface : Les murs en ossature bois sont de faibles épaisseurs (20 cm environ). Ils offrent plus de surface habitable qu’un mur en maçonnerie.
  • Confort thermique.

 

 

4 – Autres systèmes constructifs en bois :

 

Structure à ossature continue (Balloon-frame) :

Cette technique de construction apparue aux États-Unis au 19ième siècle est le premier type de construction industrialisée. Rapide à mettre en œuvre (fixations par clouage) ; elle a précédé la technique de l’ossature bois.

maison-bois-balloon-frame-2


Panneaux massifs :

Cette technique est apparue sur le marché très récemment. Essentiellement utilisée pour les bâtiments de grandes dimensions (collectifs, industriels et commerciaux), elle commence à conquérir peu à peu les maisons individuelles offrant un style contemporain. Elle repose sur de vastes panneaux de structure en couches croisées de lames de bois collées ou clouées entre elles, soit d’éléments en bois lamellé-collé. Les performances mécaniques sont supérieures au bois massif car ils peuvent travailler dans tous les sens.

maison-bois-panneaux-massifs-1


Maisons à colombage :

C’est une technique de construction ancienne utilisée en France à partir du Moyen Âge et qui est toujours présente en construction neuve dans certaines régions (Alsace, Normandie). Ces maisons font aujourd’hui partie du patrimoine architectural et nécessite généralement une rénovation coûteuse. Elle est constituée de pan de bois dont les vides sont comblés par une maçonnerie légère comme la brique ou du torchis.

maison-bois-colombage

 

5 – Conclusion :

Construire en bois peut s’avérer très intéressant, si on considère tous les avantages de ce matériau. Aujourd’hui, pour les mêmes performances vis-à-vis de la réglementation thermique, le bois n’est pas plus onéreux que la maçonnerie traditionnelle. Le risque d’incendie n’est pas supérieur aux autres matériaux, contrairement aux idées reçues. La légèreté du bois permet de substantielles économies sur le poste fondations.

En revanche, les méthodes constructives utilisant du bois ne permettent pas d’obtenir une bonne inertie thermique (stockage et restitution de la chaleur de manière diffuse), en comparaison de certaines constructions en pierre (à condition que l’isolation soit extérieure).

De plus, le bois a deux principaux ennemis : les insectes et les champignons. C’est pourquoi on n’utilise pas n’importe quelle essence et que pour certaines d’entre elles, des traitements préventifs doivent être appliqués. L’utilisation de colles ou traitements toxiques sur certains bois de construction relativise ses atouts en matière d’écologie et de santé. Sur ce point, des efforts ont été fait.

 

Au final, on peut affirmer sans doute que le bois constitue une alternative crédible pour les maisons à basse consommation, à condition de bien choisir les matériaux et la main-d’œuvre et de réussir la conception.